Nos huit cépages rouges

Grenache rouge : Plant vigoureux, ce cépage domine dans le vignoble Châteauneuvois avec 60% des surfaces plantées. Atteignant dans le Vaucluse sa limite septentrionale, il y révèle tout son potentiel en donnant un vin peu coloré mais d’une grande amplitude aromatique où se retrouvent des notes de kirsch, de prunes et de cassis.

Mourvèdre : Cépage à maturité tardive et sensible à la sécheresse, il apporte des arômes spécifiques au vin lors de son vieillissement. Très qualitatif, il procure aussi une couleur profonde et des tannins aptes à s’affiner au cours des années.

Syrah : Très représenté dans le vignoble Castelpapal, ce cépage outre sa grande richesse aromatique, donne couleur et tannins fondus. En assemblage avec le grenache et le mourvèdre, il donne des vins avec des arômes de truffe.

Cinsault : Cépage à double fin – Raisin de cuve et raison de table – il est un peu délaissé dans ce terroir car peu tannique et peu coloré. Il apporte pourtant au vin élégance, fruité et finesse.

Muscardin : Originaire du département du Vaucluse, il est toujours vinifié en assemblage avec d’autres cépages. Il apporte au vin floralité et fraîcheur.

Counoise : Originaire d’Espagne, il fut offert à Urbain V – Alors Pape à Avignon – par un vice-légat nommé Counesa. Toujours vinifié en assemblage, ce cépage apporte finesse, souplesse et fruité. Ces vins à la robe profonde et brillante dégagent des arômes d’épices, de prune et de mûre.

Terret noir : Souvent assemblé au grenache et à la Syrah, dont il atténue la puissance, il donne un vin peu coloré, léger, mais au bouquet agréable porté par une bonne acidité.

Vaccarèse : Originaire de la basse Provence, il donne un vin floral, léger et peu coloré, frais et élégant. En assemblage il modère l’ardeur du grenache.